Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association "SOS TER de la Bresse"

Les nouveaux horaires cadencés améliorent le service aux usagers, selon la SNCF, mais pas partout. Sur la ligne TER de la Bresse, le Conseil régional de Bourgogne a supprimé un tiers des trains circulant entre Seurre et Bourg, ou il les a remplacés très partiellement par des autocars. Bénéficiant de l'appui des acteurs socio-économiques et des élus bressans, les usagers ont créé un collectif en février 2011. La même année, en octobre, ils se sont constitués en Association.

NON à de nouvelles suppressions de trains (dans le Morvan) !

Publié le 9 Novembre 2014 par S.O.S TER de la Bresse

Malgré la situation financière difficile et les compressions budgétaires, le Conseil régional de Bourgogne a maintenu cette année les dessertes du service TER 2013 et il a prévu de faire de même en 2015.

Concernant la ligne de la Bresse, il faut toutefois rappeler que le service annuel 2012 (reconduit depuis) comportait une réduction d'un tiers du nombre de trains circulant entre Bourg-en-Bresse et Seurre. Quelques trains ont été remplacés par des bus tandis que d'autres ont été supprimés sans contrepartie. Le temps de transport des voyageurs obligés de prendre un bus est allongé tandis que d'autres ne peuvent plus prendre le train. Ces mesures découragent l'utilisation du train.

Cependant, la priorité accordée aux transports ferroviaires lors du vote des budgets 2013 et 2014 permettait d'entrevoir un changement politique dans ce domaine.

Sur son site Internet, le Conseil régional de Bourgogne présente actuellement un projet de restructuration de l'offre TER dans le Morvan. "Pour réduire les temps de trajets des usagers en TER, la région réfléchit avec eux et les élus du territoire à une nouvelle desserte ferroviaire pour les deux branches : Auxerre-Avallon et Auxerre-Clamecy-Corbigny. L’objectif est de prendre en compte les besoins des usagers, de les mettre en adéquation avec la future desserte et de concevoir une offre intermodale, combinant plusieurs moyens de transports différents (trains, cars, transports à la demande...)."

Les représentants de la Région et de la SNCF ont présenté ce projet en juin 2014 à l'occasion d'un comité de ligne TER. Différentes réunions ont eu lieu depuis, les deux dernières le 4 novembre à Avallon (Yonne) et à Clamecy (Nièvre). La nouvelle offre TER s'appliquera dès le second semestre 2015.

En réalité, la réduction de la durée des trajets entraînera la suppression de plusieurs arrêts (qui seront desservis par des cars ou par des taxis à la demande). Et surtout, la SNCF supprimera deux aller/retour en train sur cinq. Préférant le maintien des arrêts et des fréquences actuelles, de nombreux usagers et élus présents aux réunions publiques du 4 novembre se sont vivement opposés au projet de restructuration imposé par le Conseil régional et la SNCF.

En outre, le président du Conseil général de l'Yonne, un député et un sénateur ont cosigné une lettre ouverte à F. Patriat, président du Conseil régional de Bourgogne, et à G. Pépy, président de la SNCF. Ils y font part de l’inquiétude "très vive" des élus de l’Yonne au sujet du "devenir des lignes Laroche-Auxerre-Avallon et Auxerre-Clamecy". Concernant les suppressions d'arrêts, ils affirment: "Nous sommes au côté des habitants et des maires des communes qui craignent, légitimement, une désertification de nos territoires."

Cette forte mobilisation nous rappelle celle de nombreux usagers, acteurs socio-économiques et élus bressans venus au comité de ligne de Louhans en mars 2011.

Aujourd'hui, nous réaffirmons notre solidarité avec tous ceux qui luttent pour le développement des transports publics en Bourgogne et ailleurs.

 

Dans ce sens, voici une déclaration d'Alain Cordier, Conseiller régional et Président de la Commission Transports publiée le 8 novembre 2014:

De nouveaux reculs pour les TER de Bourgogne

Comme pour la ligne de la Bresse il y a trois ans, les lignes du Morvan verront leur desserte sabotée, passant de 5 à 3 aller/retours quotidiens. Pour compléter, des arrêts seront supprimés pour les trains restants, ruinant notamment le projet de transport scolaire vers Auxerre. L'incapacité des dirigeants PS régionaux à envisager un développement durable entraîne une nouvelle fois des décisions d'économie à très court terme, qui coûteront en fait très cher lorsqu'il faudra rétablir un réseau cohérent et attractif de transports collectifs.

Alain Cordier, 
Conseiller régional, Président de la commission Transports.

Voir également un article paru sur notre blog le 8 février 2011.

 

​​VISITEZ AUSSI LA PAGE FACEBOOK DE L'ASSOCIATION !

Commenter cet article