Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association "SOS TER de la Bresse"

Les nouveaux horaires cadencés améliorent le service aux usagers, selon la SNCF, mais pas partout. Sur la ligne TER de la Bresse, le Conseil régional de Bourgogne a supprimé un tiers des trains circulant entre Seurre et Bourg, ou il les a remplacés très partiellement par des autocars. Bénéficiant de l'appui des acteurs socio-économiques et des élus bressans, les usagers ont créé un collectif en février 2011. La même année, en octobre, ils se sont constitués en Association.

À quoi servent les comités de ligne ?

Publié le 17 Août 2011 par S.O.S TER de la Bresse

Pour la ligne de Bresse, deux comités de ligne se sont tenus pour examiner les horaires applicables à partir du 11 décembre 2011.

 

Le premier de ces comités a eu lieu le 7 décembre 2010 à Dijon.  Très peu d'usagers étaient présents, faute de publicité efficace.

 

Ce Comité de ligne du 7 décembre avait été précédé d'une réunion tenue "dans la discrétion" le 25 novembre 2010 en présence de quelques élus. Les premiers échos ont été divulgués par un article de l'Indépendant du Louhannais et du Jura en date du 21 janvier 2011, par lequel le grand public a appris la décision du Conseil Régional de supprimer un certain nombre de trains, et de les remplacer, très partiellement, par des autocars. C'est d'ailleurs à la suite de cette annonce que le Collectif des usagers s'est formé. Apparemment, les élus présents, dont certains au moins ont affiché leur désaccord, n'ont pas obtenu satisfaction.

 

Le  deuxième comité de ligne s'est tenu le 28 février à Louhans. Le contexte était très différent, puisque le Collectif des usagers avait mobilisé 150 personnes, réunies dans une salle mise à disposition par la municipalité. De plus, nous avions en main une  pétition signée par 1300 personnes, et une  lettre ouverte destinée au Président du Conseil Régional, qui avait reçu le  soutien d'un grand nombre d'élus et d'acteurs socio-économiques et associatifs.

 

Mais, visiblement, les représentants de l'exécutif régional et de la SNCF étaient venus, non pour négocier une grille horaire, mais pour exposer leurs décisions déjà prises. Le Collectif n'a pas accepté cette façon de faire, et la réunion s'est déroulée dans un climat houleux de protestation des usagers.

 

Force est de constater, malheureusement, que les rencontres ultérieures avec les représentants de l'exécutif régional, le 4 avril à Dijon, puis le 24 juin avec la venue du Président Patriat à Louhans, n'ont abouti qu'à des concessions très mineures sur un projet décidé à l'avance pour de simples raisons budgétaires.

 

Disons le tout net, les comités de ligne, réduits en fait à entériner des décisions déjà prises, sont une caricature de démocratie participative. (Qui plus est le Conseil Régional a cessé d'en publier les compte-rendus depuis 2010 ! Ce n'est pas la meilleure façon d'assurer la transparence des débats ...)

 

Du côté de la majorité régionale, on ne peut que constater la contradiction entre le comportement de fait de l'exécutif régional et les engagements pris solennellement par le Parti Socialiste lors de la campagne électorale régionale de 2010 : "Nous nous engageons à faire vivre la démocratie dans nos régions. Nous développerons la démocratie participative sous toutes ses formes" (dans le "Contrat socialiste pour nos régions" adopté par la Convention Nationale du 12/12/2009).

 

Quant au Parti Communiste, une des avancées dont il se prévaut au niveau de la Région Bourgogne est d'avoir obtenu "la tenue de deux comités de ligne par an, avec invitation des abonnés TER" (Journal de Saône-et-Loire du 10/05/2011). Y aurait-il dix comités par an, à quoi bon, s'ils ne se tiennent pas en amont des décisions, et non pas une fois que le budget régional est voté et bouclé ?

 

Au sein de la majorité régionale, il faut signaler en revanche les  positions courageuses prises par le groupe Europe Écologie - Les Verts, sous l'impulsion notamment d'Alain Cordier, conseiller régional et Président du Pays de Bresse, qui a toujours soutenu notre mouvement citoyen, et y prend même une part active.

 

Du côté de l'opposition régionale, enfin, on ne peut qu'approuver les propos tenus par Emmanuelle Coint, Présidente du Groupe UMP-Nouveau Centre, lors de l'assemblée plénière du Conseil Régional le 27 juin 2011 :

 

"Monsieur le Président,

... J’aimerais simplement vous faire part de notre désapprobation dans la manière dont vous avez conduit le débat concernant le cadencement des TER.

 

Vous avez en effet mis en place des comités de ligne soi-disant pour mieux connaître les besoins des voyageurs du TER et d’adapter l’offre dans la plus grande concertation. Les retours que nous en avons eus sont pourtant consternants, sachant que les décisions ont été tranchées sans modification tenant compte des avis contraires exprimés par les élus et usagers lors de ces réunions."

 

Mais on ne peut que regretter que cette sage position n'ait pas conduit l'opposition régionale à voter pour l'amendement présenté par le groupe Europe Écologie - Les Verts en faveur d'un moratoire sur les changements d'horaire.

Commenter cet article