Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association "SOS TER de la Bresse"

Les nouveaux horaires cadencés améliorent le service aux usagers, selon la SNCF, mais pas partout. Sur la ligne TER de la Bresse, le Conseil régional de Bourgogne a supprimé un tiers des trains circulant entre Seurre et Bourg, ou il les a remplacés très partiellement par des autocars. Bénéficiant de l'appui des acteurs socio-économiques et des élus bressans, les usagers ont créé un collectif en février 2011. La même année, en octobre, ils se sont constitués en Association.

Une lettre ouverte a été remise au Président de la Région Bourgogne, ainsi qu'une pétition ayant recueilli plus de 1 300 signatures

Publié le 2 Avril 2011 par S.O.S TER de la Bresse

Rappelons que depuis le 1er janvier 2002, les Régions sont "Autorités Organisatrices" des transports ferroviaires régionaux.

 

À ce titre, le  Conseil Régional de Bourgogne définit, en concertation avec la SNCF, les dessertes, les horaires et les tarifs dans notre Région. La SNCF effectue le service demandé par le Conseil Régional, qui assure l'équilibre financier.

 

Lors du comité de ligne du 28 mars à Louhans, le Collectif des usagers a remis deux documents aux représentants de la Région : une  lettre ouverte destinée au Président du Conseil Régional, M. François Patriat, et une pétition qui avait recueilli plus de 1 300 signatures.

 

Elles portent sur les revendications du Collectif des usagers :

  1. le maintien de l'intégralité des trains existants, sans rupture de charge ;

  2. l'amélioration des horaires dans le cadre d'une concertation effective avec les usagers ;

  3. le développement de la ligne avec notamment l'extension de la desserte vers Lyon et Genève sans rupture de charge. 

Le lettre ouverte avait été cosignée par un grand nombre d'élu-e-s (Conseillers Régionaux, maires de l'arrondissement de Louhans), d'associations, de syndicats, de commerçants et de personnalités. Voir la liste complète en cliquant ici.

 

La pétition reste ouverte pour les signatures en ligne. Cliquer ici.

Commenter cet article