Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'association "SOS TER de la Bresse"

Les nouveaux horaires cadencés améliorent le service aux usagers, selon la SNCF, mais pas partout. Sur la ligne TER de la Bresse, le Conseil régional de Bourgogne a supprimé un tiers des trains circulant entre Seurre et Bourg, ou il les a remplacés très partiellement par des autocars. Bénéficiant de l'appui des acteurs socio-économiques et des élus bressans, les usagers ont créé un collectif en février 2011. La même année, en octobre, ils se sont constitués en Association.

Communication à la SNCF : "Y a comme un défaut ... "

Publié le 6 Mai 2013 par S.O.S TER de la Bresse

raynaud.jpg

   Qui ne connait le fameux sketch de Fernand RAYNAUD, avec son costume mal taillé ? Eh bien! question communication, la SNCF n'est pas plus douée que le tailleur ...

   Lors d'une réunion organisée à Louhans le 3 décembre 2012 par le Conseil Régional de Bourgogne et la SNCF, SOS TER de la Bresse avait demandé que des transports de remplacement soient prévus pendant les périodes de suppressions des trains de la mi-journée (pas moins de 18 semaines en 2013).

   On nous avait alors promis que des transports à la demande (taxis à réserver la veille) seraient mis en place pendant ces périodes. Cependant, comme les usagers sont peu familiers de ce mode de transport, nous avions demandé qu'une information soit faite dans les médias locaux (Radio-Bresse, Le Journal de Saône-et-Loire et L'Indépendant du Louhannais et du Jura). Cela aussi on nous l'avait promis le 3 décembre 2012.

   Des transports à la demande ("TAD"), sur réservation la veille du voyage, ont bien été mis en place comme promis. Mais question communication, c'est une autre histoire ! Certes, les fiches horaires ont été rectifiées, mais les affichettes apposées en gare de Louhans, Mervans et Seurre ne déchiffrent même pas le sigle "TAD" ! Comme si tout le monde était censé connaître le jargon interne à la SNCF !

  Quant à la promesse de communication dans les médias locaux, elle est purement et simplement oubliée ...  

   Mettons-nous à la place des usagers, réguliers ou occasionnels, des trains de la mi-journée, qui ne consultent pas nécessairement les horaires avant chaque voyage : ils arrivent en gare, se rendent compte que le train est supprimé, et s'ils voient l'affichette, ils apprennent qu'ils auraient dû réserver un "TAD" la veille pour faire le voyage ! Cela n'aurait-il pas mérité un peu d'information et d'explication dans les médias ?

   Mais il y a mieux ! Nous nous sommes rendus compte que sur le site Internet d'information et de réservation de la SNCF ("voyages-sncf.com"), la notion de "transport à la demande" n'apparaît pas ! Le site fait apparaître un car. Donc, le voyageur qui se serait fié à ce site risque de se retrouver bloqué en gare, pensant y trouver un car, alors qu'il lui aurait fallu réserver un taxi la veille !

   SOS TER de la BRESSE a alerté la SNCF à ce sujet. Et la SNCF nous a répondu qu'elle était dans l'incapacité de remédier au bug informatique !

   Petite compensation, la SNCF convient de prendre en charge la clientèle qui n’aurait pu réserver le taxi au préalable :  la commande du taxi se fera alors au dernier moment et entraînera une certaine attente en gare, le temps que le taxi soit disponible. Mais comment feront les voyageurs ? Les guichets des gares de Louhans et de Seurre sont fermés à l'heure de départ du taxi (12H38 et 13H50) ; quant au guichet de Mervans il est fermé définitivement depuis longtemps …  On ne voit pas comment un voyageur qui se serait fié au système informatique de la SNCF pourra emprunter un transport à la demande à Louhans ou à Mervans et arriver à Seurre avant le départ du train pour Dijon !

    Cafouillages, promesses non tenues, aveux d'impuissance ! Face aux carences de la SNCF, c'est le voyageur qui trinque !

 

NB : Ces points figurent, parmi d'autres, dans un mémorandum qui a été adressé par notre association au président de la Région Bourgogne, ainsi qu'aux directeurs régionaux de la SNCF et de Réseau Ferré de France.

Commenter cet article