Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'association "SOS TER de la Bresse"

Les nouveaux horaires cadencés améliorent le service aux usagers, selon la SNCF, mais pas partout. Sur la ligne TER de la Bresse, le Conseil régional de Bourgogne a supprimé un tiers des trains circulant entre Seurre et Bourg, ou il les a remplacés très partiellement par des autocars. Bénéficiant de l'appui des acteurs socio-économiques et des élus bressans, les usagers ont créé un collectif en février 2011. La même année, en octobre, ils se sont constitués en Association.

Communiqué du Collectif après la réunion du 24 juin avec François Patriat

COLLECTIF DES USAGERS DE LA LIGNE DE BRESSE

 

BLOG : http://sos.ter.bresse.over-blog.com

CONTACT : sos.ter.bresse@gmail.com

 

 

le 25 juin 2011

 

 

COMMUNIQUÉ

------------------------

 

  - TER de Bresse –

 

 

Après la réunion du 24 juin 2011 :

François PATRIAT, Président de la Région Bourgogne

propose à budget constant, de modestes avancées


le Collectif continuera la mobilisation

pour défendre la ligne de Bresse

 

 

 

Au cours de la réunion du vendredi 24 juin 2011 à Louhans avec M. François PATRIAT, le Collectif des usagers a rappelé son opposition aux suppressions de trains et remplacements partiels par des autocars sur le TER de la ligne de Bresse (Dijon – Bourg-en-Bresse).


Monsieur PATRIAT a précisé que ces réductions de la desserte ferroviaire de la Bresse n'étaient pas motivées par la mise en place du cadencement national (alors même que cet élément avait été largement évoqué lors du comité de ligne du 28 mars). Il a clairement indiqué que la raison est un choix budgétaire du Conseil Régional et que cette décision s'appuie sur les comptages de la SNCF jugeant la fréquentation des trains plus faible en Bresse que dans les zones urbanisées de la Bourgogne. L'économie réalisée sur la ligne de Bresse a été chiffrée à 800 000 euros.

 

À l'issue des échanges, une proposition, a été faite en séance par M. PATRIAT, sous réserve de l'accord de la SNCF et de Réseau Ferré de France  :

 

  • Dans le cadre de la prochaine grille qui s'appliquera le 12 décembre 2011, dans le sens BOURG EN BRESSE/DIJON, il est prévu de conserver le TER au départ de BOURG en BRESSE à 17 H 42 sans rupture de charge (équivalence grille actuelle). En contrepartie, la desserte de 16 H 43 au départ de Bourg en Bresse (prévue jusqu'alors en train dans la grille 2012) s'effectuerait en définitive en autocar jusqu'à SEURRE puis en correspondance par train jusqu'à DIJON.

  • De même, dans le sens DIJON/BOURG en BRESSE, au 12 décembre 2011, la proposition de la région est d'affecter le train de 18 H 05, au départ de DIJON, à une desserte en train des gares jusqu'à BOURG sans rupture de charge. (équivalence de la grille actuelle à + 5 mn ) C'est le train partant à 18 h 42 de Dijon qui s'arrêtera à Seurre, une correspondance par autocar sera organisée desservant Mervans et Louhans.

 

Le Collectif des usagers a pris acte de ces avancées qui s'exercent à budget constant. Toutefois, elles ne résoudront que très partiellement les graves difficultés pour de nombreux usagers qui seront confrontés à la réduction globale des dessertes ferroviaires et à ses conséquences (rallongement des temps de parcours, accroissement d’amplitude journalière des déplacements, multiplication des ruptures de charges, ... ).

 

D'autre part, le Collectif a rappelé que cette réduction de l'offre de trains allait elle-même entraîner mécaniquement une baisse de la fréquentation, pouvant justifier ensuite une nouvelle diminution de l'offre, amenant à terme la disparition quasi certaine du service voyageurs sur la ligne.

 

Enfin, il a réaffirmé que l'existence d'un service de trains fréquents et commodes était un élément essentiel de l'attractivité de notre territoire. Il n'accepte pas comme un fait acquis une inégalité de traitement des territoires, où les dessertes ferroviaires rurales seraient sacrifiées au profit des zones plus urbanisées, après les agences postales, les hôpitaux, les tribunaux, les perceptions, etc. Il a rappelé que la péréquation des ressources est un des principes de base des services publics, et que la Région se doit d'y souscrire.

 

Pour ces raisons, le Collectif maintient son exigence d'une grille horaire adaptée aux besoins des usagers et au moins équivalente à celle en vigueur. Il exprime donc son accord avec les propositions convergentes de Rémi CHAINTRON (*) et Alain CORDIER (**) d'un moratoire d'une année en faveur de la grille actuellement en vigueur qui permettra la mise en place d’une étude sérieuse de la fréquentation (mise en lace d'un observatoire ) et d’une information incitative sur l’offre ferroviaire : « nous allons vous faire préférer le train ».

 

Le collectif est en effet persuadé – Mr PATRIAT en a convenu - que l’avenir de la mobilité passe par l’optimisation du ferroviaire, du fait du renchérissement du coût social et écologique de la voiture. Le collectifcontinue également à demander que soient mises à l'étude les possibilités de développement de la ligne notamment en direction de Paris, Lyon et Genève.

 

Il considère aussi n'avoir pas eu une réponse précise de la Région sur le bilan carbone de l'opération, compte tenu notamment des reports de déplacements sur les voitures individuelles.

 

Pour le Collectif SOS TER BRESSE, la démonstration est faite que notre légitime détermination a fait bouger les choses même si c'est encore de façon modeste. C'est le tout début d'un processus, qu'il est déterminé à poursuivre sans relâche, au bénéfice de la Bresse et des Bressans.

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Vice-Président du Conseil Général de Saône-et-Loire, maire de Louhans-Chateaurenaud

(**) Conseiller Régional de Bourgogne, Président du Pays de Bresse